Burning Heads : la grosse prise de relais, oui, ma grosse prise de relais, oui oui

It’s a punky reggae party and it’s alright
Bob Marley & The Wailers, Punky Reggae Party

Yeah, the big takeover, yeah. My big takeover, yeah, yeah
Bad Brains, The Big Takeover

Impossible de ne pas aller voir au moins une des dix représentations de la série de concerts du plateau réunissant sur la route les Burning Heads + Le Peuple De L’Herbe + Brain Damage.

Nom de code : le Big Takeover, et non pas le Bifteck au Beurre.



Avec mon pote Nasty Samy, on écrit la biographie du groupe Burning Heads et ces concerts étaient les premiers avec la nouvelle formation du groupe après le départ de Pierre (guitare/chant) : avec Phil de retour à la guitare + arrivée de Fra au chant.

La sortie de cette bio des Burning Heads est repoussée au début de l’année 2020, ces diables de Burning Heads n’en finissant pas de rajouter des nouveaux épisodes à leur existence riche en rebondissements.

Le groupe a annoncé la sortie d’un album de reprises de morceaux punk rock et hardcore. Cet album devrait voir le jour début 2020. Notre plan est de sortir le livre dans la foulée de la sortie de ce nouvel LP.

Avant première ici :



Ce LP aura différents vocalistes invités, des mecs et des meufs. D’après ce que les Burning Heads ont joué pendant cette tournée, on peut être sûr qu’il y aura déjà une reprise des Bad Brains, The Big Takeover, avec JC du Peuple de L’Herbe, donc, et aussi une reprise de Home Of The Brave de Naked Raygun avec Salim de Sixpack, une reprise de Hand Out de Face To Face avec Ed de Not Scientists et une reprise des Suédois de Adhesive, Uphill Struggles, avec Fra de The Eternal Youth.


OK, c’est d’ailleurs Fra de The Eternal Youth (mais aussi ex-Ravi et ex-Creep AC) à qui a été confié le chant lead des Burning Heads. La pression ne doit pas être évidente pour lui.



Mon avis est que le job est fait, largement fait, et bien fait. Après très peu de répètes, et après seulement trois ou quatre concerts, Fra paraît trouver ses marques peu à peu. Quand il aura trouvé toute sa place entre JBe qui bondit à sa droite, le colossal Phil qui irradie sa force tranquille et Thomoï qui verbalise tous les lancements, on pourra coudre à Fra ses galons de frontman sur les manches de son T-shirt The Buzzcoks. Ça lui laisse le temps de finir de connaître les lyrics 100% par coeur.

La set list a été super cool, assez old school : on sent que Phil est de retour au riffage.

On sent aussi que Phil est de retour au bridage, ah ah, si j’ose dire.

Allez, je développe, en espérant ne pas trop trahir : Phil avait quitté le groupe en 2001, ne se sentant pas de défendre la sortie de l’album Opposite et ne se voyant pas jouer sur scène du reggae qu’il ne s’estimait pas être capable de faire groover comme le style le mériterait.

L’ironie, c’est que le voilà de retour au sein du groupe, 18 piges plus tard, à la veille d’attaquer une tournée “reggae dub” avec Le Peuple De L’Herbe et Brain Damage !

Allait-il avaler la couleuvre jamaïcaine ?

Attention spoiler :

La réponse est dans la setlist, avec seulement une et une seule compo reggae des ‘Heads : Handcuffed, l’hymne de tous ceux qui aiment bien jardiner avec leurs petites menottes.

Le set se clôt sur une reprise de Bob Marley, le morceau Punky Reggae Party que les Burning Heads avaient enregistré pour une compil parue sur Big Mama Records… l’année du départ de Phil ! Plus de 50000 exemplaires de la compil écoulée : la meilleure vente de l’histoire des Burning Heads, ah ah !

Le reste de la set list joue au taquet du Super Modern World et du Be One With The Flames / Escape. Deux morceaux de l’album Taranto : Autopilot Off, et le retour bienvenu de Push Me. Pour le reste, en gros, les Burning Heads ont extrait un tube par album : Reaction pour Dive, A Whole Life pour Bad Time,  Pop A Pill pour Choose Your Trap…

Sauf erreur, les albums Spread The Fire et Hear This sont zappés ce coup-ci.

Le premier album est représenté par le morceau In My Head, celui que Fra précisément chantait déjà avec Ravi sur l’album hommage Fire Walks With Me paru sur Buzz Off/Kicking Rds en 2015.



Je ne sais pas si Fra dort mal la nuit à cause de la pression en se demandant s’il fait l’affaire pour reprendre le chant d’un groupe comme les Burning Heads, mais à mon avis il peut dormir sur ses deux oreilles d’un sommeil réparateur et mérité.

Pour reprendre les mots de Thomoï, le groupe est encore un peu en rodage, mais, hey, mieux vaut être en rodage qu’en radotage.

D’après les discussions qui ont fusé autour du stand de merch, on a bien cru capter que des petits bouts de nouvelles compos commençaient à pointer le petit bout de leur petit museau, à l’essai, dans le local de répète, avec comme objectif, louable mais lointain, de livrer un nouvel album des Burning Heads (nouvelle mouture). Wait and see, comme on dit dans la langue de The Clash.

Merci à l’équipe de la salle Le Krakatoa à Mérignac pour l’accueil, hyper sympa comme d’hab.

Merci pour leur disponibilité à JC du Peuple De L’Herbe, à Martin de Brain Damage et à Boule le soundman : les interviews sont dans la poche pour finaliser le bouquin Hey You – Une histoire orale des Burning Heads.

Bien sûr, j’ai une pensée pour Pierre a.k.a Pit Sempras. J’espère que tout roule et que ça tatoue comme un chef à tour de bras !

BLOG MODE :

Nouveau design de T-shirt pour les Burning Heads, comme nous le montre ci-dessus cet ours végétarien, avec motif comic books à l’américaine. Puissante illustration signée Freak City et un lettrage parfaitement adapté. L’accessoire textile indispensable pour vos activités indoor et outdoor.

Transition toute trouvée pour l’activité indoor du lendemain : aller voir Shock en concert, ce groupe avec Freak City au chant (je les avais interviewés ici).

Le plan, c’est que Shock doit jouer avec Vitamin X (Amsterdam, Europe), le groupe que JBe des Burning Heads arborait le soir-même en T-shirt.

Les planètes sont alignées, il ne nous reste plus qu’à aligner les thunes pour le billet de tramway, un falafel et 7 € pour entrer au concert de hardcore. Je vous raconterai ça.

CREDITS
Envoyé spécial : Guillaume Gwardeath
Casseroles : Elisa Sowa
Soupe moulinée : Céline Rich Beef

Si vous aimez les come-back fracassants et les belles collections de masques façon Musée Jacques Chirac, sachez que vous trouverez encore plus de news en suivant mes réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest !



 

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :