Horreur gothique, satisfaction, et frustration

Question : « Tu ne fais plus de blog  ? », m’a-t-on demandé au concert de Dinosaur Jr, hier soir.

Réponse : Eh bien, plus trop, non. A part ce site WordPress. Mais qui franchement lit encore – je veux dire « attentivement » – des blogs? Quinze secondes maxi de patience sur des timelines de réseaux sociaux, et hop, on passe à autre chose. Regarde Tumblr, apôtre du «microblogging» : bing, racheté par Yahoo pour plus de 1 milliard de dollars. Je poste surtout des liens vers des articles que je publie de ci de là. Pour le reste, je vais juste tenter des petits compte-rendus rapides.

Mise en application : J’attaque illico en revenant sur la soirée « Horreur Gothique » à laquelle je me suis rendu le jeudi 23 mai dernier, au cinéma Utopia de Bordeaux.

Le concept : « Soirée en hommage aux Studios Hammer ». La Hammer, c’est cette légendaire société de production cinématographique anglaise qui a créé un genre de films tellement codés que le terme « Hammer Horror » est devenu un terme générique pour décrire ce mélange caractéristique d’angoisse, de mort et d’érotisme. Si vous avez  1mn 30 sec devant vous, regardez cette vidéo, ça devrait vous parler :

Le contexte : C’était dans le cadre de la manifestation « Regard Neuf – la bande dessinée autrement » (même si je ne crois même pas me souvenir que le mot « bande-dessinée » ait été prononcé une seule fois au cours de la soirée – c’était la remarque WTF du jour).



L’invité : Marcus Hearn, auteur du livre remarquable « L’Antre de la Hammer » (éditions Akileos). Son ouvrage, très complet, coûte 35€. Il est disponible partout. Achetez-le, lisez-le.

ANTRE DE LA HAMMER

Les films : Pour un seul billet d’à peine 6 € et quelques centimes, deux films étaient au programme. Le premier film projeté était « La Dame En Noir » (James Watkins, 2012), que je n’avais pas encore vu.

Une histoire de fantômes qui fait assez flipper, avec Daniel Radcliffe, un garçon que jusque-là je n’avais guère vu plus de 5 minutes montre en main un dimanche soir sur TF1 (mais je suis allé voir un tournoi de quidditch l’automne dernier à Lesparre-Médoc).

QUIDDITCH

Beau film de genre, romantique et sombre. Une belle manoeuvre de la Hammer pour retrouver ses lettres de noblesses – avec aussi une ambiance très espagnole dans le traitement de l’ambiance fantastique.

En deuxième partie de soirée était annoncé un «classique surprise ». Sur Facebook, j’avais posté :

Aurons-nous droit à la visite du comte Dracula ? Du Dr Frankestein ? Du professeur Van Helsing ? Kharis la momie à l’odeur fétide ?

Eh bien ce fut ce bon vieux docteur :

Je l’avais vu à la télévision, il y a un bon moment, sans doute dans une VF au format tronqué. Donc, régal pur (je ne mentionne même pas les décolletés de Veronica Carlson).

La satisfaction : Marcus Hearn s’est assis à-côté de moi pendant la projection de « Frankestein Must Be Destroyed » (qu’il a du donc revoir pour la soixantième fois). C’est quand même bonnard de mater ce classique de la Hammer en frôlant les genoux avec le spécialiste absolu. J’ai trouvé ça excitant (peut être pas aussi excitant que la fois où j’avais maté « Premières Expériences » avec Ovidie, remarquez).

La frustration : Je voulais caler une interview avec Marcus Hearn – je bosse sur un projet éditorial en rapport, et ça aurait été juste parfait. Bing : timing pourri, pas possible. Pas de bol. Pour une fois que le gars était juste-là. Genoux contre genoux, nom de dieu, genoux contre genoux !

SIGNEDBOOK

J’ai fait dédicacer mon exemplaire de « The Hammer Vault » par Marcus Hearn puis je suis rentré chez moi en frissonnant sous la lune.

MOON

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑