C’est la crise, oui, mais c’est la crise d’Angoisse (underground Bordeaux black metal)

Je suis très mal à l’aise en société, dans laquelle je suis victime de crises de panique qui se traduisent par une boule dans le ventre, des picotements dans les bras, la gorge qui tremble et des troubles de la respiration. Moi qui aimais tant déconner avec les potes, je suis maintenant obligé de fuir dès que je me fais brancher, même par mes meilleurs amis. J’ai peur des gens et je vais de moins en moins à leur rencontre, ma vie est un enfer et cela rend difficile l’exercice de mon métier. Je ne sais pas encore combien de temps je pourrais dissimuler ma phobie, je ne sais meme pas comment cela est arrivé. En bref je suis dans la merde.
– Profil supprimé (Bordeaux), forum Doctissimo.fr

demoANGOISSE

Sur cette (première) cassette du groupe bordelais Angoisse, j’ai cru identifier un sample extrait du film Mad Max, ce qui m’a fait marrer : j’ai vu le groupe le 5 juin dernier, à l’Athénée Libertaire, à l’occasion de leur tout premier concert, et c’était une soirée thématique « Mad (to the) Max », avec dress code, en compagnie de Putrefaction et de Gasmask Terrör. Il devait faire 35 degrés et j’étais particulièrement assaisonné, dans mon costume total cuir/latex/clous – le plus compliqué ça avait été de sortir en ville après.

MADTOTHEMAX2
[Lük de Gasmask Terrör et l’auteur de cette chronique, vermines héritières de l’Athénée Libertaire, dans un Bordeaux dévasté par la chaleur, la violence, la Sheißebraü et la gentrification]

Le logo du groupe est illisible (on peut en faire un captcha hyper dur pour accéder à des pages web hyper sécurisées) et Angoisse joue du black metal primitif très cru, avec du crust dedans. Côté arbre généalogique, la formation du groupe c’est pour moitié des membres du groupe Aguirre (cheveux courts), et pour moitié deux black metalleux (cheveux longs) a priori pur jus trve (ex-Natremia).

ANGOISSE-ATHLIB
[Le groupe Angoisse en concert à l’Athénée Libertaire le 5/06/2015]

Le vocaliste (Lord, sans doute une référence à Lord Humungus) est le même chez Aguirre et Angoisse, ce qui renforce le côté punk/crust/hardcore. Du black metal, oui, mais calibré pour jouer dans des squats.

Il me semble avoir identifié quatre titres (aucune info ne figure sur la jaquette), chacun avec sa couleur propre – ou disons plutôt sa teinte de noir : d-beat, doom, un riff bien thrash pour headbanger sur le troisième morceau… On peut écouter une version en ligne sur Bandcamp, où l’on s’apercevra que tous les morceaux s’appellent plus ou moins « Antsietatea », le terme pour dire « angoisse » en langue basque. Cette démo est d’ailleurs sortie sur Talaia, label DIY du Pays basque (Donostia).

Sur l’échelle des démos à se procurer au sein du Bordeaux Black Circle Pit, qui est rappelons-le numérotée de 1 à 6, cette cassette obtient la note maximale : 6.

Donc, comme on dit, y’a pas d’angoisse.

Le groupe est sur Facebook ici : https://www.facebook.com/angoisseblackmetal

Pour en savoir plus (line-up, crédits, concept, etc.), prière de consulter cette petite fiche technique :

BONJOURLANGOISSE

Sources photos : Gwardeath + Google Images pour la commune d’Angoisse et Télé 7 Jours.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :