Edito psychopompe

L’I.Boat m’a demandé de signer l’édito de la nouvelle formule de leur programme « papier » (décembre 2015 /janvier 2016). Je l’ai fait fort volontiers, surtout fier de marcher dans les pas de Rubin Steiner qui avait inauguré la formule.

Le programme a été distribué partout sur Bordeaux et environs. Bien entendu, vous pouvez aussi consulter en ligne l’agenda actualisé de l’I.Boat.

EDITO IBOAT 500

EDITO

Comme Nick Cave, je note dans un petit carnet des définitions de mots compliqués, ou un peu tordus, ou qui me serviront juste à impressionner au bar une jeune prof de fac, car ma CB n’y suffira pas seule.

J’ai noté aujourd’hui le mot « psychopompe ». Ça sonne bien et ça désigne les accompagnateurs des âmes des défunts. Si vous êtes de tradition chrétienne, il y a des chances qu’il s’agisse d’anges avec des petites ailes blanches. Si vous ne jurez que par l’Egypte antique, ce sera sans doute un chacal qui marche de profil, comme dans le clip des Bangles. Le techno viking aura peut-être droit à des meufs armées de lances et de boucliers, gros nibards laiteux à peine contenus dans leurs corsets de cuir bouilli, et chevauchant des loups hurlants, en toute simplicité. Pour les Inuits, ça va juste être des phoques qui accompagnent en silence le dernier voyage en kayak. Et pour les mecs de notre génération, je me demande si ça ne sera pas Necro ou Darth Vador qui devront assurer le taf.

Alors que nous nous apprêtons à mettre sous presse, c’est paraît-il le début de la tempête.

Oui, comme dans la pièce de Shakespeare, acte I, scène 2 : L’enfer est vide et tous les démons sont ici!

Alors, démons, de vous à moi, à l’heure où l’I.Boat me prie de réviser mes fiches pour la soirée Spécial Hellfest programmée vers la fin du mois de janvier, je me demande si c’est consciemment que tous autant que nous sommes, nous nous rendons soir après soir dans ces lieux d’idolâtrie et de perversité où nos âmes, en fin de compte, aiment bien danser.

« Resistance is futile », lit-on en anglais dans la (sous-)culture bis que nous chérissons.

Rajoutons : « Futility is resistance ». Si toute résistance est futile, alors notre futilité sera notre résistance. Toujours faire ce que nous savons faire : mater les bonus d’un DVD, relire Pierre Ouin ou Frank Margerin, passer du temps en terrasse, visiter des expos, faire voler des cerfs-volants, voire essayer de voyager à bord de navires dont la salle des machines n’a même plus de moteurs.

Guillaume Gwardeath

nick_cave_dictionnaire

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :