Motocultor : carte postale pro

«  Nous sommes heureux de revenir en France et de manger du bon fromage  »
Grave

A peine étais-je arrivé au Motocultor qu’un festivalier excité m’a dit  : «  J’ai vu Barabas et Bölzer  ! Si tu veux, je t’accompagne pour aller voir Grave puis Gruesome. Puis je vais aller voir Khors, puis Naheulband.  » Oh purée. J’ai alors compris, comme dans un roman d’Umberto Eco  : B-B-G-G-K-N. Par ordre alphabétique ! Les groupes ont été programmés par ordre alphabétique  ! Le scénario de rêve pour un chroniqueur professionnel.

Bon, non, en fait, ce fut une hallucination de ma part, un espoir déçu, à mettre sur le compte de la chaleur qui m’avait accablé pendant le bouchon Nantes-Vannes et la générosité dans les tournées de cidre local en apéritif.

J’ai écrit deux compte-rendus de ces trois jours de festival, que vous pourrez trouver ici  :

>> en ligne sur Noisey  : Cornes, capuches et crocodiles  : un week-end au Motocultor

>> dans le numéro de rentrée du magazine Noise (à paraître)

J’ai aussi fait un report en anglais pour Terrorizer, mais je ne sais pas où ça en est. Depuis le Brexit, les communications avec l’Angleterre sont devenues très aléatoires.

Mes Top 5 (à 7) express 

:

Vendredi 19 août

 :
Entombed AD
J.C Satàn
Grave
Gruesome
Cidre blanc

Samedi 20 août :
Valient Thorr
Goatwhore
Jello Biafra
Infest
Agressor

Dimanche 21 août

 :
Lost Society
Ministry
Testament
Batushka
Bongzilla
Vektor
Conan

Meilleure chanson live décrivant les conditions du camping :
Soulfly, avec « Roots Bloody Roots »

Bonus photo :
Guillaume Gwardeath, envoyé spécial dans le Morbihan, avec Pauline, cheftaine scout du pit aux photographes. Photo par Ronan Thenadey, merci  ❤ !
RONAN THENAADEY GW PAULINE

Bonus vidéo :
Matez ça les enfants. Je pensais que ça allait être juste un énième montage soporifique de videowebzineux à boutons. Mais non. C’est fun et swag (on m’y voit à 5:38, de dos, en train de noter la citation de Grave qui figure en exergue de ce post, la boucle est bouclée) :

Epilogue :
L’association organisatrice doit faire ses comptes. Si les banques accordent un peu de cash, une édition (la dixième) pourra avoir lieu dès l’année prochaine. Sinon, il y aura un autre Motocultor, ils l’ont promis, mais ce sera en 2018.
2017, 2018, ou les deux : soyez au rendez-vous !

PS : Vous aimez le metal, le cidre blanc et l’ordre alphabétique ? Vous trouverez encore plus de news en suivant mes réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest !

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :