Cheesecake et sauces éponymes : à Lyon avec Hawaii Samurai !

Avant-propos

Le mardi 18 octobre 2016, je me suis rencardé à Lyon avec Nasty Samy™, Dick Deun’s™ et Buanax™. A savoir, les mecs respectivement à la basse, à la guitare et à la batterie au sein d’Hawaii Samurai™.

Je les connais depuis un petit moment. Je les avais rencontré au off du Printemps de Bourges au début des années 2000 (en 2003 et/ou 2004) – et je connaissais Sam d’une paire d’années plus tôt, via les frasques de Second Rate. A Bourges, j’allais voir leur set tous les soirs à La Civette ou au Bar des PTT, plutôt que de me taper les conneries programmées dans le cadre officiel du festival.

Dans la foulée, j’avais fait jouer Hawaii Samurai deux fois en 2005 à Bordeaux, juste avant qu’ils ne splittent (mais je n’y ai été pour rien, promis juré).

On peut dire que dans l’ensemble, on s’était bien marrés.

Pour la story, on peut rappeler que Hawaii Samurai s’étaient reformés en janvier 2012 pour cinq dates dans l’est, à l’occasion de la réédition en LP par les Productions de l’Impossible™ de leur premier album « Let There Be Surf ».

En gros, c’est un peu le même délire qui a présidé à cette tournée d’automne 2016, les concerts venant en support de la réédition de l’album de 2004 « The Octopus Incident », toujours par les Productions de l’Impossible™, et toujours en LP (double LP même – je le précise pour celles et ceux branché(e)s par les doubles).

tour-banner-wp

Vingt soirs, vingt shows : pas de day off. Sur cette série de dates, je serai en charge du stand de merchandising et en stage d’observation et de remise à niveau pour récupérer des points sur mon permis de Tour Manager™.

Me voici donc en tournée avec Hawaii Samurai, le seul groupe de surf music dont le nom est composé de deux sauces pour les frites.

Ville : Lyon

Population : 500 000 (aire urbaine : plus de 2 millions)

Ça joue à l’Ayers Boat Rock, qui est un brise-glace amarré sur le Rhône. A notre arrivée, le personnel est affairé à récurer le bateau. Comme dans les films de pirate, ça brique ferme.

shirts-lyon-wp

Mon premier job est de prendre soin de 225 T-shirts, bien vite triés par taille, soigneusement roulés, scotchés, étiquetés, et n’attendant plus que la rencontre avec un acheteur satisfait. Ce n’est plus l’Explosion Textile, c’est l’exposition textile.

Repas de soir : wok tofu + salade de fruits. Nasty Samy demande à avoir de simples nouilles mais  les nouilles sont noires et épaisses comme des gros lombrics bien nourris. En dessert, il commande un cheesecake. Coup de bol, le cheesecake n’est pas noir.

Show de Hawaii Samurai :
excellent.

Nombre de Turbojugend Bordeaux ayant assisté au concert : 1.

Enorme merch par rapport à l’affluence d’un mardi soir. On sent que le public était constitué de gens concernés. Ils achètent du T-shirt, des disques, des fanzines, de tout. Pas un public dont une bonne partie est plus ou moins là par hasard, comme à un concert de The Oh Sees.

merch-lyon-wp

Je vais dormir à-côté du 18 rue Imbert-Colomès, c’est-à-dire l’adresse où je vivais il y a 18 ans. Je m’endors aux prises avec un puissant vortex spatio-temporel.

Leçon de philosophie du jour  : Il est parfois nécessaire de faire le point. Et ce sont parfois quelques paroles entendues par une personne proche qui peuvent vous y aider. Des mots simples. Et ce soir ces mots-là furent : « Tu peux enlever ta main de là ? ».

A suivre : A Annonay, chez les Pirates de l’Ardèche.

PS : Vous aimez la sauce Hawaï, la sauce samouraï et le cheesecake ? Vous trouverez encore plus de news en suivant mes réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest !

 

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :