Belly Button sortent encore un truc

Vingt ans de séparation, ça se fête ! Mes vieux camarades de Belly Button s’apprêtent à sortir un nouvel album.

Ce n’est pas rien, car leur premier CD maxi date de 1996 et leur premier CD album de 1997 : c’étaient Both et Debeso, sortis sur Vicious Circle et distribués par PIAS. Je ne me trompe pas sur les dates : nous étions jeunes et fougueux, et à l’époque j’étais le manager du groupe.

FredXXX
Fred portant un regard critique et distancié sur de la presse pornographique, à bord du camion de tournée de Belly Button, dans la deuxième moitié des années 90.

FranckXXX
Franck portant un regard critique et distancié sur de la presse pornographique, à bord du camion de tournée de Belly Button, dans la deuxième moitié des années 90.

Avec leur formule basse/batterie pour Belly Button, on peut dire que Fred (basse & chant) et Franck (batterie & choeurs) avaient eu des grosses gaufres, à l’époque. Sans doute influencés par les concerts ultra énergétiques de Victims Family et de Nomeansno, il s’étaient mis à jouer un style que les fanzines avaient baptisé « freecore ».

Le mec de Radio Béton à qui j’avais envoyé le premier CD du groupe m’avait renvoyé ce message : « J’ai brûlé ma guitare sèche ! »

La liste des groupes avec qui ils ont partagé la scène est totalement évocatrice de l’époque « post-grunge » qui a été la leur : Big Chief, Fugazi, Young Gods, Papa Brittle, Rhythm Pigs, Trottel, Hammerhead, Chokebore, A Subtle Plague, Headcleaner, DUT, etc.

Ils ont fait partie de cette nouvelle scène française plutôt post-punk caractéristique de la fin des années 90, avec beaucoup d’esprit DIY et beaucoup de fun. Sans surprise, ils ont cotoyé des groupes tels que Tantrum, Seven Hate, Near Death Experience, Driveblind, Prohibition, Portobello Bones, Electric Buttocks, Ulan Bator, Daily Planets, Condense, Happy Anger, Greedy Guts, Shaggy Hound, Hint, Les Thugs, Kourgane, Unlogistic, etc.

A Bordeaux, ils trinquaient avec les groupes Deche Dans Face, Mister Say So, Tomy, Skullduggery, Mush, Sleeppers, Mary’s Child, Krümel Monster, Improvisators Dub, Monologue Trio, Oversoul et bien d’autres.

Leur histoire a été marquée par la rencontre avec d’autres duo basse-batterie, comme Sabot (USA/République tchèque), avec qui ils ont beaucoup tourné en Europe, ou The Ruins (Japon), qui ont fini par les inviter à donner une série de concerts dans leur pays.

Bref, ça avait été de super cool 90’s. Si vous voulez en savoir plus, il y a un résumé de leur story ici : https://bellybuttonsocialclub.tumblr.com/bio

BELLY BUTTON ALL STARS

En tout cas, tout un crew s’était formé autour de Belly Button. On se marrait bien, comme ici sur cette photo souvenir du Off des Francos à La Rochelle en 1995 (un concert avec Near Death Experience).

Vous reconnaîtrez (dans le désordre) Fred et Franck, votre serviteur, mais aussi Gégé notre super road increvable et Yann le backliner de l’extrême.

Et ouais c’est clair que ça ne faisait pas que sortir des disques, ça sortait aussi des bites, de temps en temps. C’est bon.

Interviewé pour un zine, Fred, à la question : « Comment pourriez-vous définir Belly Button en trois mots ?« , avait répondu : « A poil, vite ! »

Après une courte pause bien méritée entre 1998 et 2014, Fred et Franck ont décidé de reprendre du service, petit à petit, en gérant eux-mêmes comme des chefs leur propre bizness. Avec un côté assez cool : on a la quarantaine bien tapée, on a des emplois du temps perso de ouf, avec des meufs, du taf, et un barbecue à préparer, mais on y va quand même.

Alors la suite, et leurs nouveaux virages musicaux, ils vous l’expliquent eux-même ici, matez-ça :

Vous avez pigé ? Allez, faites comme moi et réservez un album en ligne ! Remis en mains propres, le vinyle ne vous coûtera que 15 €.  Envoyé par la poste : 20 €.

Faites le aujourd’hui, sinon je vous connais, vous allez laisser passer la date limite.

Le lien est ici : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/belly-button-nouvel-album-bleat-limite-a-500-ex

Pour 800 €, vous pourrez avoir un concert privé de Belly Button. Il ne vous restera plus qu’à mettre des bières au frais.

PS : Si vous portez un regard critique et distancié sur la presse pornographique des années 90,  vous trouverez encore plus de news en suivant mes réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest !

 

 

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :