Catégories
Blog

Savoir suivre la mode avec Gwardeath. Les trucs nouveaux à écouter cette semaine, au bureau, au télébureau, dans les couloirs de l’appartement n°37 ou ailleurs. Spécial punk.

Malgré la fermeture des rayons textile non essentiels, et, plus globalement, les nouvelles tristes, j’ai mis mes Converse et j’ai cuisiné en écoutant du punk rock.

Playlist :

The Spits – VI
Le retour des Ramones caoutchouteux. LP sur le label Thriftsore, au nom un peu dur à écrire, et encore plus à prononcer.


The Queers – Bubblegum Girl
Le retour des fans des Ramones. Ouais, plus de trente ans à écouter les Ramones à l’arrière d’un van et à se rouler des pelles saveur fraise chimique. Album à venir sur All Star Records, le label baptisé d’après les chaussures qu’ils ont aux pieds.

Superchunk – There’s A Ghost
Une chanson de fantômes qu’ils avaient sorti pour Halloween. Plus de la power pop que du punk, OK. Power pop punk, disons. Super refrain et, à tous les coups, super fantôme. C’est la face A d’un single sorti sur Merge Records dont l’autre face (un peu plus new wave) s’intitule « Alice » (super prénom, j’adore les Alice).

Un Dolor – The Rhythm Of The Death Clock
Si le rythme de l’Horloge de la Mort est aussi speed que celui de la sortie des skeuds des punks de Poitiers, on peut se détendre : nouvel album pour Un Dolor, 25 ans après le précédent sur Weird Records. Gros (punk) rock, la Death Clock affiche les grandes heures du punk français, des Thugs aux Flying Donuts, et sans doute quelques centaines d’influences américaines : Ramones, Bad Religion, Supersuckers, etc. Album à venir l’année prochaine en CD sur Les Armées de la Mort et en vinyle sur Kicking Records, et donc dès à présent dispo mon coco en camping digital (c’est ça le marketing dans les années 2020, va piger mon coco).

Zabriskie Point – Paul
Guerilla Asso a réédité en vinyle l’album Paul du groupe nantais « de référence » Zabriskie Point. Un bon disque que l’on peut continuer à écouter et apprécier, entre les purs, entre les durs. En bon DJ, je vous remets ici le tube absolu « Monsieur le Contrôleur », l’hymne de tous les fraudeurs :

Recette de la semaine :

Place au légume star : la patate douce, l’herbacée tropicale sur laquelle on n’a pas l’intention de mettre la pédale douce.

Pour cette recette, il faut découper des cases au couteau sur les moitiés de patates douces. Badigeonner avec de l’huile d’olive préalablement préparée avec des trucs (je pensais à des herbes, mmm, des bonnes herbes).

Cuire au four. Certaines variétés (patates douces juteuses) caramélisent littéralement. En regardant par la vitre du four, on a l’impression d’admirer les clair-obscur d’une toile du Caravage. D’autres patates douces sont très bonnes aussi, comme celles de cette semaine, achetées au marché juste en bas de chez oim, mais moins baroques.

A très bientôt pour une playlist spécial metal pour bien rester dans le coup. Restez cools.

Gw.

PS : si vous zonez encore sur les réseaux sociaux, ça se passe ici pour me checker:

Instagram

Facebook

Twitter

Pinterest