Catégories
Blog

Ce qui vit la nuit : accros et à crocs

Arrivé dans la boîte aux lettres accompagné d’une carte postale portant la mention manuscrite “Garanti 0% bullshit”, le livre a pour titre Ce qui vit la nuit et ce titre ne ment pas : ses personnages vivent la nuit, fidèles aux clichés de la littérature vampirique.

Là où les canons du genre explosent, c’est que ces vampires sont aussi des adolescents, des hobos (vagabonds ferroviaires chers à la culture populaire nord-américaine), des polytoxicomanes et des pervers sexuels assumés. Le cocktail paraît inédit.

Écrit du point de vue d’une de ces prédatrices en perdition, Ce qui vit la nuit, comme le note le préfacier exalté Lelo Jimmy Batista, est “plus proche des paroles d’une chanson que d’un roman”. A son tour en proie à cette syntaxe fiévreuse, impossible de ne pas avoir une pensée pour la traductrice (bordelaise) Janique Jouin-de-Laurens – heureusement qu’elle a bien connu la culture liée à cette musique alternative des années 1990 qui se veut le soundtrack de l’œuvre.

Recherche d’une soeur adoptive adorée et fugueuse, “quête de meth et de sang”, road movie étalonné dans des tons de sombre, maigrement éclairé aux néons déprimants des enseignes des 7-Eleven, des Taco Bell et des gares Greyhound, le texte de Grace Krilanovich est le journal d’une fuite, un mouvement pour exister (“merde pour le sommeil et son festival de tristesse”), dont le terrain est peut-être la réalité du décor du Nord-Ouest des Etats-Unis, peut-être les tréfonds du psychisme brisé d’une adolescente en proie aux hallucinations les plus incurables ?

Imaginons Lautréamont ou Huysmans en visite au pays de William Burroughs, Poppy Z. Brite et GG Allin et finissons comme ce chanteur punk hardcore croisé dans un squat miteux du roman, laissé pour compte parmi les laissés pour compte, tombant à genoux dans la poussière “en une adoration respectueuse devant l’autel de la destruction”…

Ce qui vit la nuit, roman de Grace Krilanovich (USA)
Le Gospel
240 pages, 20 €

Illustration de couverture : Amandine Urruty