Bordeaux berlinois et Bordeaux vaudou, c’est « deux salles deux ambiances » avec le retour de la Xmas Blast Party

Noël est fêté de plus en plus en tôt. Si tôt qu’on ne sait même plus si on en est aux premiers jours de Yule ou aux derniers jours de l’Endless Summer.

A Bordeaux, la Xmas Blast Party n’en finit plus de renaître, tel un sol invictus.

Voici la formule 2017 :

Primo : un snake un peu Berlin

D’abord, une ambiance berlinoise pour une première nuit au Café Pompier, le vendredi 1er décembre, avec le massif King Khan en tête d’affiche, sous l’appellation « King Khan Ltd » – qui est aussi le nom d’une entreprise de conditionnement de fruits secs à Kandahar en Afghanistan, visiblement : www.facebook.com/kingkhanltd

King Khan, un festival à lui tout seul (un festival de Khan, bien entendu) se produira accompagné des membres des Magnetix (!) et de son fidèle compagnon et fixer bordelais Fredovitch !

Membre du Culte de la Mort de Kukamonga (la liste des autres cultistes inclut des groupes tels que les Spits, les Spaceshits ou les Deadly Snakes), ivre de la jungle, maharajah proto-soul élevé aux vertus punk-rock montréalaises, le serpent noir berlinois King Khan est le contrat de confiance de l’union du beat et du groove.

King Khan est le mix parfait entre la musique soul, le punk rock et la folie douce qui semble frapper tout homme un tantinet mégalo et bizarre que l’on place sous les projecteurs, la bouche juste devant un microphone amplifié.

Influencé par des tonnes de musiques, il synthétise l’art de Bo Diddley, Little Richard, Chuck Berry, Johnny Thunders, Otis Redding, Screamin’ Jay Hawkins, Sid Vicious, James Brown, des Gories et du Art Ensemble Of Chicago.

D’origine indienne, titulaire d’un passeport canadien, le King serait, pour l’état civil, le dénommé Arish Ahmad Khan. Pour le reste, vouloir le suivre à la trace impliquerait la quasi-certitude de se perdre. Homme de toutes les collaborations comme de tous les excès, la planète doit lui donner l’impression de n’être qu’un étroit vestibule, qu’il décore de ses colifichets de Mowgli vaudou et qu’il anime de ses spectacles théâtraux, païens, dansants et libidineux.

Quand il est en tournée, le roi Khan prétend n’être ni hétérosexuel ni homosexuel, mais «hobosexuel», habité par les manières d’un homeless voyageur et volage. Il a ainsi déclaré : « cela me permet d’être concrètement ouvert à un peu tout et n’importe quoi. Je pourrais par exemple avoir une relation sexuelle avec un morceau de fromage, et cela serait parfaitement naturel… »

King Khan et GwardeathKing Khan et votre serviteur Guillaume Gwardeath, dans le jardin en juillet 2017

Il y aura aussi à l’affiche Gym Tonic, le nouveau combo d’Olivier Bernet (ex-Bordelais exilé à Berlin), et les Cockpit de Bordeaux, que j’avais interviewés ici : loopings grunge dans l’espace aérien du rock garage (ou bien lire ici le papier pour Noisey)

Secundo : retour au Congo

Ambiance cosmique cartoonesque façon dessin animiste pour la deuxième nuit au Void, avec le retour de Kid Congo. Oui, le Kid Congo, cofondateur du Gun Club, icône du cool et de l’underground.

Egalement au gala : The Devils (Naples) et Bootchy Temple (Bordeaux), et des disc jockeys en veux-tu en voilà.

Un apéro « post blast » sera servi au Wunderbar le mercredi en compagnie des Australiens de The Living Eyes. Eh ouais, quatre jours après ! Sans doute le temps minimum pour se remettre d’un tel week-end…

X Mas Blast Party
Vendredi 1er et samedi 2 décembre 2017
Café Pompier et Void, Bordeaux
>> billetterie ici
>> événement Facebook ici 

Crédits photo
Page Facebook officielle de King Khan & The Shrines
Instagram Gwardeath

Post scriptum
Vous aimez manger des fruits secs, danser avec sensualité et avoir des relations sexuelles avec des morceaux de fromage ? Vous trouverez encore plus de news en suivant mes réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest !

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :